Freeduc-cd17-installation-fr

From OFSET Community Wiki

Jump to: navigation, search

Contents

Installation de Freeduc-CD 1.7 de façon permanente sur un ordinateur :

This text in English Attention: Comme Freeduc-CD 1.7 est très ancien, cette méthode d'installation ne fonctionne plus (le dpkg de la Freeduc ne supporte pas les dernières évolutions du format de paquets .deb).

Freeduc-Linux est un système d'exploitation(OS). Cela signifie qu'il démarrera sur l'ordinateur *au lieu* de l'OS habituel(la plupart du temps issu de Microsoft). Si vous suivez scrupuleusement les explications ci-dessous, vous serez capable de conserver votre OS actuel. Un menu apparaîtra à l'allumage de l'ordinateur, permettant de sélectionner le système à démarrer. Notez que ce guide ne traite pas de l'installation sur ordinateur Apple, bien que ça devrait être théoriquement possible si le Macintosh est basé sur architecture Intel. Pour atteindre notre but, nous devrons partitionner au moins un disque dur de l'ordinateur. Partitionner un disque dur consiste à le diviser virtuellement en plusieurs parties. Vous pouvez-vous faire aider par un groupe local de benevoles!

Étape 1 : le nécessaire pour commencer :

Qtparted permet de re-partitioner les disques
  • AU MOINS 3Go d'espace DISPONIBLE(ce n'est pas la même chose que de l'espace libre à l'intérieur d'une partition existante, voire les explications dans la suite de ce document) sur disque dur, 7,5 Go sont préférables si vous comptez installer plein de choses par la suite. S'il est possible d'ajouter un disque dur interne supplémentaire dans l'ordinateur, ce serait une bonne idée de le faire si vous voulez conserver votre OS actuel à coté de Freeduc. Vous pourrez utiliser un programme de partitionnement (Partition Magic, QTParted ou DiskDrake) évolué pour re-dimensionner vos partitions déjà existantes lors de cette étape tout à l'heure. Réfléchissez déjà à la taille et au nombre de partitions que vous voulez. Lire aussi des explications sur le partitionnement serait une très bonne idée pour savoir ce que vous faites, et sur la façon dont un système GNU/Linux s'installe. Ce document est très bien, surtout entre "Quelles modifications apportera Linux à mon PC ?" jusqu'à la FAQ. Je vous conseille de le garder sous les yeux pendant toutes les opérations qui vont suivre, détaillées ci-dessous(qui sont à insérer mentalement dans "Pendant l'installation", "Les etapes de l'installation" and "Premier demarrage"). À l'avenir, les deux documents seront peut-être fusionnés pour éviter ce va-et-vient.
  • un CD Freeduc-CD 1.7 (évidemment). Assurez-vous que celui-ci démarre et que l'essentiel minimal fonctionne depuis une session Freeduc-CD,
  • Si la Freeduc, une fois installée, ne pourra accéder rapidement au ftp d'Ofset:
    • Les paquetages postinstall sont à mettre sur un CDROM (cas traité dans ce manuel) ou une clé, une cartouche... :
      • postinstall-full si l'ordinateur n'aura pas d'accès rapide à Internet. Malheureusement, ce paquetage risque de détruire Freeduc 1.7.
      • Ou le postinstall léger si l'ordinateur aura un accès rapide à Internet depuis Freeduc. Il sera peut-être intégré au Freeduc-CD à l'avenir, de façon à ne pas avoir besoin de le télécharger de cette façon.
      • Ou postinstall 1, très ancien et dépassé. Il risque de produire des résultats aléatoires.
    • reiserfsprogs si vous comptez utiliser reiserfs. À mettre à coté du post-install package.
  • Avoir sauvegardé et mis en sécurité vos données.
  • Trois disquettes vides, formatées.
  • Avoir noté les caractéristiques de l'ordinateur: résolution et fréquence d'affichage, modèles des cartes vidéo et son, du modem...
  • Avoir les informations sur votre connexion Internet et/ou de votre connexion réseau: Numéro de téléphone et nom de domaine du fournisseur d'accès, adresses DNS, nom d'utilisateur et mot de passe...
  • beaucoup de temps devant nous pour suivre les étapes sans être distraits par d'autres préoccupations.
Il serait dommage d'en arriver là faute de trop de précipitation!

Étape 2: Partitionnement

Nous allons avoir besoin de créer plusieurs partitions pour Freeduc:

Swap :

  • Elle sera utilisée automatiquement quand il n'y aura pas assez de mémoire vive pour exécuter les tâches que vous effectuerez.
  • 128 Mio est la taille conseillée,
  • type de partition : 82-swap,
  • Pas de système de fichiers.

/ :

  • C'est ici que se trouveront les fichiers indispensables du système.
  • Taille: 6 Gio est bien si c'est possible(Cela dépendra de la totalité de l'espace libre que nous aurons dégagée),
  • type de partition : 83-Linux,
  • Système de fichiers: Un système de fichiers journalisé(reiserfs, XFS, JFS, ext3fs...) est conseillé. Autrement, le vieux ext2(mais pourquoi utiliser cette vieillerie?).

Optionnellement(vivement conseillé):

/home :
  • Où vos documents personnels seront stockés(sinon ils cohabiteront avec les fichiers système sur /).
  • Taille: 1,5 Gio semble le minimum vital à notre époque!
  • Type de partition type: 83-Linux,
  • système de fichiers: Un système de fichiers journalisé(reiserfs, XFS, JFS, ext3fs...) est conseillé. Autrement, le vieux ext2(mais pourquoi utiliser cette vieillerie?).

Avoir de l'espace libre non partitionné :

Si tous les disques durs sont complètement partitionnés:
  • En acheter un supplémentaire si possible.
  • Obtenir de l'espace libre en réduisant des partitions.
  • Obtenir de l'espace libre en supprimant des partitions. OS, applications et données qu'elles contenaient devront être restaurées.

Allons-y

Une fois que vos décisions sont prises, vous n'avez plus qu'à les appliquer. Utilisez une version récente d'un outil de re-partitionnement évolué (gParted, Powerquest Partition Magic, QTParted, DiskDrake...).


Étape 3 :

  • Allumez tous les périphériques de l'ordinateur, afin qu'ils soient détectés automatiquement.
  • Amorcez Freeduc-CD (Explications sur <http://documentation.ofset.org/freeduc/primaire-1.5/fr/book_73.html>) et attendez qu'il soit prêt et fonctionnel.
  • avec ctrl-alt-F2, basculez en mode console.
  • Activez le verrouillage numérique et tapez
 # loadkeys=fr

Étape 3-Première possibilité (déconseillée) :

  • tapez
 # knoppix-installer
    • Astuce:tapez knoppix-i et pressez tabulation. Magique, non ?
  • Suivez les instructions à l'écran.

Étape 3-Deuxième possibilité : installation sur plusieurs partitions (préférable, mais réservé aux utilisateurs expérimentés) :

  • tapez
 # IGNORE_CHECK=1 knoppix-installer
  • si vous n'avez pas géré vos partitions avant de commencer (risqué!), faites-le maintenant en choisissant "Partitionner". Appuyez sur espace pour sélectionner le disque dur voulu. Cfdisk apparaît. Il ne permet pas de re-dimensionner les partitions existantes sans perdre de données. Vous devriez plutôt vous reporter à l'étape 2. Si vous l'utilisez tout de même, choisissez Écrire après avoir fait les manipulations voulues (à vos risques et périls), puis Quitter. Il faut alors re-demarrer en tapant
    init 6
    Au redemarrage, le parametre "2" peut-être utilisé pour ne pas lancer l'interface graphique.

Cfdisk must be used with precaution

  • choisissez "Configurer installation" et répondez aux questions. La touche Espace sert à cocher, Entrée à valider :
    • Si vous ne savez pas quoi cocher, validez comme c'est par défaut (dans ce cas, peut-être devriez-vous suivre la première possibilité de l'étape 4 au lieu de celle-ci), sauf la première question, il faut mettre
      debian
    • Si vous voulez utiliser un système de fichiers non listé, laissez le choix par défaut, ce sera à corriger plus tard.
    • Si le mot de passe saisi est refusé, c'est peut--être parce qu'il est trop simple ou que l'outil d'installation a planté.
  • choisissez "Sauvegarder configuration" dans le menu principal. Tapez
    /root/confinstall
  • quittez knoppix-installer et editez
    /root/confinstall
    avec zile, joe ou vim.
    • vous pouvez modifier
      HD_FSTYPE
      si le réglage par défaut ne vous convient pas (concerne la partition
      /
      ).
    • vous devez mettre dans HD_MAP où apparaîtront vos partitions supplémentaires, généralement
      /home
      (Voir l'image d'exemple). Un exemple pour trois partitions différentes (/, /home et var, sans compter celle d'échange SWAP) :
      /dev/hde5:/home /dev/hde7:/var
    • Grub n'est malheureusement pas sur le Freeduc-CD, donc il faut impérativement écrire
      lilo
      dans
      BOOT_LOADER
    • kdm n'est pas non plus sur le CD, retirons donc le de SERVICES_START.s
    • sauvegardez et quittez(Ctrl-KX dans Joe).
  • Création des systèmes de fichiers :
    • Si vous voulez du ReiserFS (et/ou si vous avez choisi ReiserFS dans le fichier de configuration pour /), vous devez installer mkfs.reiserfs. Dépaquetez reiserfsprogs qui a normallemment été enregistré au début de la procédure (autrement téléchargez-le maintenant). Mettez le fichier
      mkfs.reiserfs
      qui en résulte dans
      /home/knoppix
      et tapez
      PATH=$PATH:/home/knoppix
      (source). Vous devriez alors pouvoir faire, par exemple,
      mkfs.reiserfs /dev/hde5
      , après avoir vérifié d'avoir bien démonté toutes les partitions que vous avez éventuellement montées.
    • Formattez les partitions supplémentaires que vous venez d'indiquer, avec le système de fichiers que vous préférez. Par exemple:
      mkfs.ext3 /dev/hde5
      Vérifiez bien que vous les avez démontées, et n'oubliez pas que leur contenu éventuel disparaitra irrémédiablement.
  • Refaites
    IGNORE_CHECK=1 knoppix-installer
    , et choisissez "Charger configuration". Tapez
    /root/confinstall
    .
  • commencez l'installation, en vérifiant que le résumé qui s'affiche correspond bien aux informations voulues (il semble normal que les partitions supplémentaires ne s'affichent pas, ne vous inquiétez donc pas pour ça).

Image:Atwork.gif

  • Ça y est, si tout s'est bien passé, un Freeduc-Linux (pour l'instant minimal) est installé sur disque dur et devrait être capable de démarrer!
  • Si la création de la disquette de démarrage a échoué ou si vous voulez en creer d'autres par sécurité, vous pouvez utiliser mkbootdisk avant de re-démarrer avec init 6

Étape 5. Pour tout le monde : l'amorçage!

  • Redémarrez en tapant
    init 6
    ,
  • si tout va bien, votre nouveau système Freeduc devrait démarrer (si ce n'est pas le cas, c'est que vous n'avez sans doute pas correctement mis en place le chargeur de démarrage),
  • Si vous utilisez une partition
    /boot
    indépendante (très bonne idée, nécessitant d'être un connaisseur, surtout si vous n'oubliez pas de régler son montage en lecture-seule quand tout fonctionnera), l'installeur ne sera pas assez intelligent pour y mettre LiLo, il faudra donc modifier
    /etc/lilo.conf
    . Si LiLo n'est pas sur le MBR, ne pas oublier de rendre sa partition active ou d'ajouter le secteur d'amorcage de la partition au NTLDR. Si vous êtes un geek, sachez qu'il est possible d'installer dans certaines situations spécifiques à la fois NTLDR, un LiLo et un Grub fonctionnels en même temps!
  • Il est impossible de couvrir toutes les situations possibles sur ce sujet. Si vous avez un problème à cette étape(la plus délicate avec le partitionnement), demandez de l'aide.

Étape 6-Post-installation :

  • avec l'utilisateur root:
Un exemple de réseau,celui de Debian-edu
    • Si l'ordinateur est en réseau avec un serveur DHCP, une adresse IP sera automatiquement attribuée pendant la postinstallation. Si vous voulez absolument être en adresse statique, tapez :
      ifconfig ethx IP
      Remplacez x par le numéro de votre carte (s'il n'y en a qu'une, c'est 0), et IP par l'adresse de votre choix, ex
      192.168.1.3
      et
      route add default gw ippasserelle
      en remplaçant
      ippasserelle
      par l'IP de votre passerelle/routeur.
  • Comme utilisateur normal :
    • Si vous n'avez pas un des postinstall packages, téléchargez-en un (voir au début du document).
    • Si le fichier postinstall est sur un média (cdrom, ou modifiez les commandes pour autre média):
      • mount /mnt/cdrom
      • cd /mnt/cdrom
  • En utilisateur root :
    • Placez-vous dans le dossier où se trouve le paquetage si nécessaire,
    • tapez (en remplaçant le nom ci-dessous par celui du paquetage choisi) :
    • tar xjvf freeduc-post[...].tarbzip2 -C /root
    • cd /root/freeduc-postinstall
    • si vous utilisez un proxy, modifiez le fichier
      apt.conf
      , et les variables proxy dans le
      install.sh
      (les deux sont dans
      101apt
      ).
    • si vous n'avez pas beaucoup d'espace disque, en extrème recours, vous pouvez eventuellement supprimer les dossiers commençant par 110 (si vous êtes absolument sûr de ne jamais utiliser reiserfs), 250, 300, 350 and 400, 700, 800. Faites votre sélection en fonction du nom de chacun d'eux, en ayant bien conscience que la suppression des trois derniers peut générer de gros problèmes pour l'avenir.
    • Si vous ne voulez pas que le système soit en français, supprimez
      locale.gen
      dans
      100locales
      .
    • Si vous ne voulez pas que le pavé numérique soit activé(surtout si vous utilisez un ordinateur portable), editez
      numlock
      dans le dossier
      100locales
      . Il y a un paramètre
      NUM_CONSOLE
      , ce nombre indique combien de consoles auront le pavé numérique automatiquement activé. Vous pouvez modifier cette valeur si vous le souhaitez. Vous pouvez effacer la valeur écrite après
      LED
      pour que le pavé numérique ne s'active jamais automatiquement.
    • La syntaxe est:
      ./postinstall.sh [--download | --install-net | --install-local] [ethx] [staticip]
      • Si vous avez une bonne liaison internet, choisissez
        --install-net
        .
      • install-local
        ne peut fonctionner (non testé !) que si vous avez choisi le "postinstall-full" package, mais il est presque sûr qu'il y aura de très gros problèmes si ce paquetage n'est pas conçu pour la version 1.7.
      • Replacez x par le numéro de la carte réseau servant à sortir sur Internet (générallement 0).
      • Écrivez
        staticip
        si vous avez déjà configuré la carte réseau tout à l'heure.
      • Exemple :
        ./postinstall.sh --install-local eth0 staticip

Image:Atwork.gif Image:Atwork.gif

Document sur lequel ce texte est basé : <http://thefredsite.free.fr/linux.php?id=80>, merci Fred.

= Étape 6-Si vous maitrisez le sujet, vous pouvez modifier
/etc/hdparm.conf
(
/etc/default/hdparm
pour affecter des réglages identiques à plusieurs périphériques), afin de modifier et activer les commandes de configuration qui sont à l'intérieur.

Étape 7-Surveiller l'état du matériel :

Disques durs :

  • Remplacer /dev/hdx par chaque disque dur SMART (ex: /dev/hda)
    • Taper smartctl --smart=on --offlineauto=on --saveauto=on /dev/hdx</pre>
    • Les statistiques peuvent être consultées à l'aide de
      smartctl -A /dev/hdx
    • Pour activer la surveillance, dé-commenter la ligne concernant smartd dans
      /etc/default/smartmontools
    • Pour plus de renseignements (relativement indispensable !), se reporter au GNU/Linux magazine france 68.

L'énergie :

Pour configurer l'effacement de l'écran automatique en cas de non-utilisation, éditer :
/etc/console-tools/config
.
Unité centrale :
Pour cela il faut utiliser [www.traduc.org/docs/HOWTO/lecture/ACPI-HOWTO.html ACPI], hélas mal implementé sur la plupart des ordinateurs. La première mesure à prendre pour augmenter ses chances de pouvoir faire quelque chose est d'installer la dernière version du BIOS de la carte mère, et il est possible d'avoir à spécifier l'option
acpi=force
sur la ligne de commande de lancement du noyau.
acpi-support
, installé par la brique
energy
du post-install, contient certains des outils décrits ci-dessous. Pour vérifier son bon fonctionnement, taper
cat /proc/acpi/info
et
acpi -V
On peut consulter manuellement des données en lisant les fichiers dans
/proc/acpi
  • Ici se trouve une liste d'ordinateurs non-compatibles.
  • Ici se trouve une liste des correctifs disponibles pour certains ordinateurs.
  • Vous pourriez avoir à configurer
    /etc/default/acpid
    et
    /etc/default/acpi-support
    Les réglages visent par défaut une mise en veille maximale, mais il faut générallement diminuer ceci, surtout concernant le mode veille, vu que "mem" nécessite acpi 2.1 et un ordinateur parfaitement conçu. Mais même si vous mettez "standby" à la place de "mem", laissez
    ACPI_SLEEP
    sur
    true
    dans tous les cas. Toute autre valeur (y compris nulle) désactive toute forme de veille sur l'ordinateur.
  • Selon une vieille page, il est possible d'utiliser :
    • Les scripts dans
      /etc/acpi
      seront exécutés quand des événements listés dans
      /etc/acpi/events
      ont lieu. Par exemple, il y a un problème avec le bouton d'extinction:les enfants appuient dessus par erreur. Une solution est de mettre l'unité centrale derrière une porte, mais on peut donc modifier le script powerbtn.sh. Pour générer une mise en veille, remplacer
      powerbtn.sh
      par un lien vers
      sleep.sh
      dans le fichier événement
      <powerbtn>
      .
    • athcool si le processeur est un Athlon ou Duron 32 bits. Si vous savez ce que vous faites, activez-le(apres l'avoir installé) dans
      /etc/init.d/veilleecran.sh
    • sleepd pour que l'ordinateur se mette automatiquement en veille. Dans
      /etc/default/sleepd.sh
      il faut taper
      -u delay -U delay -s script
      entre les guillemets de
      PARAM=
      en remplaçant "delay" par le nombre de secondes avant la veille et "script" par le fichier de script qui sera utilisé pour mettre l'ordinateur en veille (on peut utiliser
      sleep.sh
      par exemple). Pour désactiver temporairement le chronomètre de veille, on peut utiliser
      sleepctl

Étape 8-Configurer LiLo

  • ATTENTION, il faut avoir une sauvegarde du MBR avant toute opération avec LiLo. Pour cela, taper
    dd if=/dev/hdx of=/root/mbr bs=512 count=1
    en déplaçant le fichier mbr ainsi généré sur un ou plusieurs supports amovibles.
  • On peut commenter dans </pre>/etc/lilo.conf</pre> les lignes des chapitres concernant des images de noyau inutiles.
  • On peut rajouter l'option
    password=""
    sur les images qui nécessiteront un mot de passe pour être amorcées.
  • Taper
    lilo

Étape 9-Configurer un réseau :

  • Le service Bacula ne sert générallement pas, il peut être désinstallé.
  • Pour partager des fichiers entre plusieurs Freeduc installés, vous pouvez utiliser nfs.

Étape 10-divers :

Personal tools